top of page
taino culture.png
Taino God
Taino God

press to zoom
Taino God
Taino God

press to zoom
Taino God
Taino God

press to zoom
Taino God
Taino God

press to zoom
1/7

La culture Taino

 

Ici, à le parc tropicale de la vallée de Taino, nous vous présentons l'histoire et la culture des Tainos, les premiers habitants de cette île.

 

A l’accueil, vous trouverez différents affichages et vidéos expliquant comment vivait le peuple taino.

 

Sur le “sentier Taino”, vous pouvez voir de nombreuses statues représentant divers Dieux tainos. Chaque statue est accompagnée d’une explication sur le Dieu representé.

Brève histoire de la culture taino

 

Les Tainos étaient un peuple arawak et appartenaient à la population  indigène des Caraïbes et de la Floride. Au temps des premiers contacts avec l’Europe à la fin du XVe siècle, les Arawaks étaient les principaux habitants de Cuba, de la Jamaïque, d'Hispaniola (République dominicaine et Haïti) et de Porto Rico.

 

Dans les Grandes Antilles, les Petites Antilles du Nord et les Bahamas, ils étaient connus sous le nom de Lucayans et ils parlaient la langue taino, une des langues arawaks.

Les ancêtres des Tainos sont arrivés aux Caraïbes depuis l'Amérique du Sud. A la fin du XVe siècle, les Tainos étaient divisés en trois grands groupes, connus sous les noms de Taino occidental (en Jamaïque et sur une grande partie des îles de Cuba et des Bahamas), le Taino classique (à Hispaniola et Porto Rico) et le Taino oriental (aux petites Antilles du nord). Un quatrième groupe, moins connu, s’est ensuite déplacé en Floride et s’est divisé en plusieurs tribus. À l'heure actuelle, nous savons qu'il existe au moins 4 tribus: Tequesta, Calusa, Jaega et Ais. D'autres tribus sont connues pour s'être installées en Floride, mais leurs noms ne sont pas connus.

 

Au moment de l’arrivée de Christophe Colomb en 1492, il y avait cinq tribus et territoires tainos sur Hispaniola, chacun dirigé par un chef de tribu, à qui il était rendu hommage. Ayiti («terre de hautes montagnes») était le nom indigène taino pour le versant montagneux de l'île d'Hispaniola, celui-ci a conservé son nom d'Haïti en français.

 

Cuba, la plus grande île des Antilles, était à l'origine divisée en 29 tribus. La plupart des lieux où ces tribus se sont établies sont devenus plus tard des villes coloniales espagnoles conservant les origines de leurs noms tainos. Par exemple: La Havane, Batabanó, Camagüey, Baracoa et Bayamo.

 

Porto Rico était également divisé en tribus. En tant que chef suprême à la tête des tribus Taino, le cacique (chef de tribu) de Porto Rico a reçu de grands hommages. Au moment de la conquête espagnole, les plus grandes concentrations de population taino pouvaient chacune comporter plus de 3 000 personnes.

 

Les Tainos étaient historiquement connus comme les ennemis des tribus voisines des Caraïbes, un autre groupe de tribus d’Amérique du Sud qui vivait principalement dans les Petites Antilles. Les relations entre les deux groupes ont fait l'objet de nombreuses études. Pendant une grande partie du XVe siècle, la tribu taino  a dû faire face à des attaques en provenance des Caraïbes où de nombreuses femmes tainos ont été capturées. De ce fait la tribu taino a été chassée au nord-est des Caraïbes et hors du territoire qui est dorénavant connu sous le nom d'Amérique du Sud.

 

Les Espagnols sont arrivés pour la première fois aux Bahamas, à Cuba et à Hispaniola en 1492, puis à Porto Rico. Ils n'ont pas amené de femmes lors des premières expéditions. A la place, ils ont donc pris des femmes tainos comme conjointes, ce qui a donné naissance à des enfants métisses. La violence sexuelle à Hispaniola exercée par les Espagnols sur les femmes tainos était également courante. Les chercheurs supposent qu'il y a aussi eu un mélange racial et culturel important à Cuba, et que plusieurs villages indigènes ont survécu au XIXe siècle.

 

Les Tainos ont quasi disparu en tant que culture suite à l'invasion des colons espagnols, principalement en raison de maladies infectieuses contre lesquelles ils n'étaient pas immunisés. La première épidémie de variole enregistrée à Hispaniola a eu lieu en décembre 1518 ou janvier 1519. Elle a tué 90% des indigènes qui n'avaient pas encore péri. La guerre et l'esclavage mené par les colons ont également fait de nombreux morts. En 1548, la population indigène était tombée à moins de 500 personnes. À partir d'environ 1840, il y a eu des tentatives de créer une identité indigène taino dans les zones rurales de Cuba, de la République dominicaine et de Porto Rico. Cette tendance s'est accélérée au sein de la communauté portoricaine aux États-Unis dans les années 1960.

 

Le peuple taino, ou culture taino, a été classé par certaines autorités comme une lignée des Arawaks, car leur langue était considérée comme appartenant à la famille linguistique arawak (présente dans les Caraïbes et dans une grande partie de l'Amérique centrale et du sud)

Le premier ethnohistorien, Daniel Garrison Brinton, a appelé le peuple taino «Island Arawak» (“île Arawak”). Néanmoins, les chercheurs contemporains ont reconnu que les Tainos avaient développé une langue et une culture distinctes.

bottom of page